[FESTIVAL]« L’instant décisif », la magie de la photographie de rue

La photographie de rue existe depuis plusieurs décennies. Henri Cartier-Bresson a lancé le concept et Vivian Maier l’a perfectionné. C’est un art qui repose essentiellement sur trois piliers : le temps, la chance et le sens de l’observation.

En 2012, dans le but de réunir les nouveaux photographes de rue pour célébrer l’art de saisir « l’instant décisif », le photographe amateur Juan Jose Reyes a créé le Miami Street Photography Festival, qui a désormais lieu chaque année lors du salon international Art Basel de Miami Beach.

« L’instant décisif est l’essence même de la photographie de rue », explique Juan Jose Reyes. « C’est d’une décision prise en une fraction de seconde que dépend l’image parfaite. Si vous manquez l’un de ces instants, vous ne le retrouverez plus, alors il faut rester attentif. »

Cette année, le festival de Miami a présenté le collectif OBSERVE, qui réunit des photographes des États-Unis, d’Angleterre, du Liban, d’Irlande, de Russie, d’Allemagne, de Chine et du Canada. Le titre des clichés n’est jamais donné car, comme l’explique Juan Jose Reyes, cela indiquerait à l’observateur où regarder et à quoi faire attention. « Nous voulons qu’il le découvre par lui-même », ajoute-t-il.

 

Chaque année, c’est dans cet esprit que les juges du MSPF doivent choisir les œuvres qui immortalisent des moments authentiques de la vie de tous les jours. Nous avons rencontré Juan Jose pour parler avec lui de clichés magnifiques qui ont marqué les 3 éditions du festival et qui représentent cet instant décisif, celui qui fait battre le cœur du photographe de rue. Découvrez ses 6 préférées, et les raisons de son choix pour chacune d’elles.

 

1. 6 Ft White Rabbit, 2014

 

Photo © 6 Ft White Rabbit
Photo © 6 Ft White Rabbit

 

« C’est l’une des finalistes sélectionnées par les juges en 2014, et personnellement, je l’aime beaucoup. C’est le type de photo que je fais moi-même. Les gens occupent différents plans dans toute l’image, et c’est très intéressant, parce que cela rend bien la quintessence du moment. Chaque petit groupe a ses propres occupations, postures et tenues, et l’ensemble forme une scène intéressante que chacun d’entre nous peut interpréter à sa manière.
Ici, ce que j’aime, c’est qu’au premier plan on voit deux personnes qui fixent quelque chose dans des directions opposées. L’homme sur la gauche a l’air de sortir du bureau et son expression est très intéressante. En prenant un peu de recul, vous voyez deux lignes, partant de ces deux personnes à gauche et à droite, qui convergent vers l’imitateur d’Elvis. Cet alignement à l’intérieur du cadre dévoile plusieurs triangles. Si vous avez des triangles dans le cadre, alors vous aurez une photo intéressante. Et ici, les lignes convergent parfaitement vers Elvis, qui, à cet instant précis, a une posture particulière qui attire le regard. Une seconde plus tard, cette photo n’aurait pas aussi bien fonctionné. »

2. Maria Novoselova, 2013

Photo © Maria Novoselova
Photo © Maria Novoselova

 

« Voici un exemple parfait d’instant décisif : les danseuses en l’air, au moment où cette femme entre dans le cadre. Une seconde plus tard, elles auraient eu les pieds par terre et elles auraient été cachées par la passante. Ce qui me frappe vraiment ici, ce sont les ombres des danseuses : elles suivent exactement la même direction que la femme qui passe au premier plan, de sorte que celle-ci devient la quatrième ombre. Le timing, la juxtaposition de la femme plus âgée et des jeunes ballerines, plus le jeu des ombres qui sont calquées sur son mouvement, tout cela est juste incroyable. Il y a beaucoup de contraste ici, mais dans ce cas, ça fonctionne très bien. J’aime aussi le fait qu’on ne voie pas le visage des ballerines. Cela ajoute une autre dimension à l’image et lui donne une atmosphère mystérieuse. »

 

3. Joshua Yospyn, 2012

Photo © Joshua Yospyn
Photo © Joshua Yospyn

« Voici une photo amusante à cause de son énorme effet de contraste, et ce n’est pas peu dire. C’est justement ce qui la rend si intéressante et captivante. Il y a en effet un énorme contraste entre l’homme en costume, qui travaille peut-être à Wall Street, et le vieil homme complètement affalé qui se repose. C’est rare de tomber sur une telle situation. Ici, le contraste entre les deux hommes est drôle et l’image est divisée en diagonale, ce qui crée deux triangles. Comme je l’ai dit, cela garantit toujours un bon cliché. Plus précisément, c’est l’emplacement des deux protagonistes et des tables qui sépare l’image en deux triangles. Il me semble qu’on est toujours à l’affût d’une touche d’humour, ou d’une pointe de mystère, et les deux sont importants. »

 

4. Marcin Krupa, 2013

Photo © Marcin Krupa
Photo © Marcin Krupa

 

« Cette photo dégage beaucoup de mystère. Le reflet de la lumière sur son visage rend cette femme totalement anonyme. Habillée très simplement, elle passe inaperçue. C’est comme si elle n’avait pas d’identité, ce qui laisse l’observateur libre d’imaginer une nouvelle personne chaque fois qu’il regarde l’image. La photo est en noir et blanc, ce qui lui donne un charme particulier et ajoute une part de mystère. »

5. Siegfried Hansen, 2013

Photo © Siegfried Hansen
Photo © Siegfried Hansen

 

« Cette photo montre l’importance du sens de l’observation pour obtenir un cliché devant lequel on pensera “Waouh ! Je n’avais même pas vu ça !” C’est une très bonne réaction pour un photographe de rue. La juxtaposition avec un personnage ou un détail de la rue et la composition que vous en tirez sont très intéressantes. Ici, certes on ne voit personne, mais la photo est très bonne, tout simplement parce que le photographe a bien observé son environnement et a vu ce que personne d’autre n’avait vu. Voilà pourquoi je pense que cette photo est bonne. C’est aussi un bon exemple de simplicité. »

 

6. Mai Garcia, 2012

Photo © Mai Garcia
Photo © Mai Garcia

 

« Vous allez d’abord voir la jeune fille de l’affiche qui se tient la tête dans les mains, l’air paniqué, et ensuite les passants pressés en dessous. Saisir cet instant, avec cette juxtaposition, et donner l’impression qu’elle réagit à ce qui se passe dans la rue, c’est très fort. Jouer ainsi entre l’arrière-plan et le premier plan est une technique habituelle dans la photographie de rue. »

Toutes les photographies sont fournies gracieusement par le Miami Street Photography Festival.