Les ambassadeurs Canon et les objectifs dont ils ne peuvent se passer

Si Canon se montre si minutieux à concevoir un matériel adapté à toutes les situations et créativités, à entourer la fabrication de ses objectifs, et notamment sa gamme L, de procédures rigoureuses perpétrées par des robots futuristes et des ingénieurs à l’affût des meilleures innovations, c’est pour répondre aux besoins de plus en plus spécifiques et qualitatifs de ses utilisateurs, comme Christian Ziegler, photojournaliste primé officiant pour BBC Wildlife et National Geographic, aventurier scientifique qui plébiscite un matériel de qualité, bien que léger, pour l’accompagner dans ses pérégrinations tropicales : l’objectif Canon EF 100-400 mm f/4,5-5,6L IS II USM.

Photo prise avec un appareil Canon EOS-1D X Mark II équipé d’un objectif Canon EF 100-400 mm f/4,5-5,6L IS II USM avec un multiplicateur Canon Extender EF 1,4x II 1/160 sec, f/8, ISO4000 © Christian Ziegler

Si certains professionnels de l’image cherchent avant tout la praticité et la maniabilité pour faciliter leurs déplacements sur des terrains parfois peu praticables et que d’autres privilégient la solidité, tous attendent de leur objectif qu’il contribue à produire une image nette, même dans des conditions extrêmes. La photographe Alessandra Meniconzi est presque une alpiniste à force d’escalader les sommets pour obtenir les meilleurs points de vue et atteindre les peuplades les plus reculées, et son objectif Canon EF 100 mm f/2,8L Macro IS USM lui permet de tirer les meilleurs portraits comme d’élargir les meilleurs panoramas. Plus près du pôle, Audun Rikardsen et son Canon EF 70-200 mm f/2,8L II USM immortalisent la nature dans l’environnement extrême et exagérément nocturne du cercle polaire, comme la migration des baleines à bosse près de la ville de Tromsø au nord de la Norvège. Outre la robustesse, ce qui motive le choix du photographe norvégien est la qualité des photos malgré la faiblesse de la lumière, un argument partagé par l’Italienne Guia Besana, particulièrement au cours de sa rencontre fortuite, elle aussi en Norvège, avec un renne : « L’objectif Canon EF 40 mm f/2,8 STM est idéal pour ce type de photo car il est léger, polyvalent et silencieux. »

Photo prise avec un appareil Canon EOS 5DS R équipé d’un objectif Canon EF 40 mm f/2,8 STM, 1/125 sec, f/5,6, ISO800 © Guia Besana

Les basses lumières représentent une menace régulière et considérable sur la qualité des images finales, et les photographes comme Clive Booth, pour lesquels la finesse du détail est primordiale, sont heureux de pouvoir s’appuyer sur un objectif comme le Canon EF 70-200 mm f/2,8L IS II USM, dont l’ouverture importante permet de créer une profondeur de champ esthétique jusqu’au bokeh tout en préservant les détails. C’est aussi le parti pris de David Noton, talentueux et réputé photographe de paysages, « impressionné par [le Canon EF 16-35 mm f/2,8L III USM,] sa performance dans les coins à son ouverture maximale de f/2,8 et sa longueur focale minimale de 16 mm » qui lui ont permis de juxtaposer avec créativité et précision les côtes de Durdle Door et la Voie lactée. Et de compléter : « Pour la photographie d’un ciel nocturne, où il s’agit de capter le maximum de lumière stellaire avec une exposition de moins de 20 secondes, il est essentiel de disposer d’un objectif de qualité, le plus grand-angle et le plus rapide possible. »

 

Photo prise avec un appareil Canon EOS 5D Mark IV équipé d’un objectif Canon EF 16-35 mm f/2,8L III USM, 120 sec, f/2,8, ISO12800 © David Noton

Pour vous abonner à la newsletter Canon Europe et en savoir plus sur les objectifs Canon de la série L qu’utilisent les plus grands photographes du monde, rendez-vous sur : https://www.canon.fr/pro/stories/l-series-lens-gallery

Ce contenu vous est offert par

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.