TRIBUNE // Le contexte est roi

Dites adieu aux technologies adaptative s et bonjour à l’UI centrée sur la satisfaction du client et le contexte dans lequel l’utilisateur la visionne.

Si le contenu est roi, alors il va bientôt se faire détrôner. Dans le domaine des périphériques connectés, c’est maintenant le contexte qui prime, et les marques qui réussiront à prospérer seront celles qui s’en rendront vite compte.
Aujourd’hui, il est en général reconnu que les périphériques intelligents, comme les téléphones et les montres connectées, sont suffisamment malins pour fournir à un utilisateur un contenu qui lui est adapté, et c’est d’ailleurs ce à quoi on s’attend désormais. Par exemple, ils peuvent savoir où vous vous trouvez et vous donner les actualités météorologiques ou routières adaptées ; rien de surprenant, non ?
La prochaine évolution est que ces périphériques connectés fournissent le contenu adéquat dans le contexte adéquat. Quand on se trouve en voiture, par exemple, pour que les diverses technologies intelligentes fonctionnent de la façon la plus efficace possible, il faut que la montre connectée et le smartphone communiquent l’un avec l’autre ainsi qu’avec le système intégré au véhicule afin qu’ils ne fassent pas tous les trois la même chose. Dans un monde parfait, une technologie naviguerait, une autre indiquerait les meilleures places de parking disponibles, et une troisième préviendrait le restaurant que vous allez avoir cinq minutes de retard. C’est cela que nous appelons “contexte” et c’est la raison pour laquelle celui-ci doit définir votre stratégie de contenu et d’expérience utilisateur.
La conséquence de ce besoin d’une technologie qui agit plus intelligemment dans ce nouveau contexte, c’est qu’aujourd’hui on parle beaucoup du design contextuel. Qu’est-il donc, et pourquoi représente-t-il le meilleur des mondes ?

 

shutterstock_390375028
© Nenetus – Shutterstock

 

Le design contextuel est une évolution naturelle du Web 2.0, du responsive design et des méthodes mobile-first et content-first. C’est un indicateur clair que nous avons atteint une nouvelle étape du développement de design, et c’en est une qui mélange le développement et l’adoption rapides d’un grand nombre de périphériques à une consommation en évolution permanente.
Le résultat final devrait être le développement, autour d’un individu, d’un réseau d’appareils connectés qui recueillent et analysent nos données pour former un écosystème personnel intelligent. Au fur et à mesure que cet écosystème se développera, il aura plus d’impact sur la façon dont nous interprétons et comprenons les interactions matérielles au sein d’environnements conçus. Pour faire court, quand les consommateurs auront de nouvelles attentes, cela aura une incidence sur les supports numériques, et donc les périphériques changeront eux aussi. Si l’on prend le marché des technologies mettables, par exemple, on peut voir que 45 % des utilisateurs actuels de smartphones possèdent ou projettent d’acheter une technologie mettable dans les 12 prochains mois, ce qui montre bien que nous sommes vraiment en train de commencer à passer à de nouvelles technologies.
La notion d’un site unique restant le même sur tous les supports n’est désormais plus ni d’actualité, ni adaptée. Chaque version du site devra au lieu de cela avoir un rôle plus naturel et plus unique à jouer dans notre écosystème. Nous avons dépassé la notion que nous avons besoin d’un design purement adaptatif, désormais nous avons besoin d’un design contextuel.
Que réserve l’avenir à l’humble site Web ? Les sites pourraient par exemple devenir des galeries numériques ou des bibliothèques en ligne, et permettre ainsi aux consommateurs de mettre l’histoire en pause, de la savourer et de la lire dans sa totalité. Si vous êtes là pour payer des factures, faire des emplettes ou regarder la météo, toutefois, il est probable que tout cela se fasse par le biais d’un périphérique connecté. Ces interactions rapides ne nécessitent plus de sites Web, et le design numérique doit lui aussi refléter ce changement.

shutterstock_262026422
©  Cunaplus – Shutterstock

Jusqu’où peut-on aller ? Pour être franc, aussi loin que votre imagination le permettra. Nous pourrions voir une avancée dans deux voies différentes. La première est une relation de plus en plus personnelle et intime avec des appareils qui utilisent nos humeurs, nos habitudes, notre comportement et notre quotidien pour apprendre, s’adapter et anticiper. L’alternative est moins évidente, il s’agit d’avoir une “infrastructure invisible” répartie partout dans le monde réel, composée de tout un monde de capteurs, de balises et de serveurs cachés.
Quoi qu’il se passe, il est néanmoins clair que la technologie et les périphériques deviendront incroyablement sophistiqués et s’adapteront complètement à nos besoins : leur design devra par conséquent le refléter. Le résultat ? Une myriade d’appareils et de points de contact, systèmes d’exploitation et services numériques qui deviendront sages et développeront une personnalité grâce à des données sur nos besoins, et au contexte de notre vie de manière générale.
Cela vous paraît improbable ? Oui, peut-être, mais l’iPhone le semblait aussi en 2006.

 

JAMES DEELEY

JAMES DEELEY
Directeur de la stratégie créative, Amaze
amaze.com
James Deeley est directeur de la stratégie créative chez Amaze. Il a plus de 15 années d’expérience et a travaillé avec quelques-unes des plus grandes marques au monde, comme American Express ou la BBC. Il a également cofondé le site Pottermore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *