INSPI // D’un jour à l’autre par Mike Winkelmann

Mike Winkelmann passe deux heures chaque jour à créer une nouvelle image et la publier en ligne, et cela a fait de lui l’artiste qu’il est maintenant. Découvrez l’une de ses créations.

Mike Winkelmann

Mike Winkelmann – www.beeple-crap.com – @beeple

Mike Winkelmann est un graphiste de 34 ans vivant à Neenah, Wisconsin. Il est motion designer freelance, travaillant surtout à créer des visuels pour des concerts. Avant de se mettre à son compte, il était Webdesigner. À part ses missions, il s’intéresse à la création de courts-métrages, au Vjing et son projet Everyday l’a occupé pendant plus de huit ans.

 

 

Nom du projet : Everyday

Toutes images © Mike Winkelmann

 

 

Depuis 2007, l’artiste numérique Mike Winkelmann a trouvé le temps de produire chaque jour une nouvelle création, et la série a rapidement rassemblé un groupe d’admirateurs et de fidèles suiveurs.

Il a passé des années entières sur différents programmes et si Cinema 4D est celui de l’année, Photoshop reste de la partie « sur quasiment toutes les images ». Winkelmann explique : « Chaque image a au moins besoin d’un réglage Courbes pour être sûr que la gradation est comme on l’attend. Mais la majorité de ce que je fais est plutôt simple : je superpose des choses qu’il serait chronophage de rendre dans Cinema 4D ou qui n’auraient aucun sens. Généralement, cela implique toutes sortes d’effets environnementaux ou de particules. Pour la correction colorimétrique, j’aime vraiment les filtres de la collection Google Nik et Magic Bullet Looks. En outre, j’effectue à l’occasion un peu de compositing pour le ciel ou d’autres éléments. Je n’ai aucune méthodologie préétablie, je fais simplement comme ça vient, chaque jour. »

 

D’où vous est venue l’idée d’une série quotidienne ?

Elle m’est venue de Tom Judd, qui produisait un croquis par jour pour s’améliorer. J’ai trouvé que c’était une idée très intéressante et une excellente manière de progresser. J’ai donc commencé en 2007 à dessiner une fois par jour et à publier en ligne.

 

Combien de temps aviez-vous prévu de faire cela ?

Je prévoyais de ne le faire que la première année, mais j’ai ensuite réalisé que je pouvais utiliser le projet pour apprendre d’autres choses. J’ai donc commencé à lancer un rendu par jour depuis Cinema 4D, que je ne connaissais pas du tout. J’y ai juste passé les 3000 jours suivants…

 

Comment diable faites-vous pour trouver l’inspiration, le temps et la motivation pour le faire chaque jour ?

Il n’y a pas de secret, c’est une question de priorités. Ça doit devenir aussi vital que manger. Il faut aussi se priver de certaines choses dans la vie. Personne n’a deux heures par jour à ne rien faire du tout, il faut donc dégager du temps. Parfois, ce sont de petites choses insignifiantes, mais la plupart du temps cela implique de vrais sacrifices. Je dirais qu’il est également bénéfique de s’entourer de personnes qui vous soutiennent. Ma famille s’est elle aussi montrée géniale. Ils savent combien c’est important pour moi et ils sont arrangeants, cela m’aide et rien ne serait possible sans eux.

 

Quand avez-vous commencé à avoir un public ?

En fait, il y a une sorte de public qui a évolué dès le départ. Mais par début, je veux dire avant que les réseaux sociaux ne deviennent trop populaires, et peu de gens suivaient le projet. C’est en fait une très bonne chose parce que le travail que vous publiez est sans doute des âneries et il faut s’améliorer à sortir des trucs et ne pas être timide. L’objectif du projet n’est pas d’attirer l’attention mais de se perfectionner.

 

Qu’avez-vous fait dans Photoshop pour l’Everyday du 11 août 2015 ?

Après le rendu de l’image principale de bâtiment dans Cinema 4D avec une couche alpha, j’ai importé les nuages autour du bâtiment avec ce dernier en tant que masque. J’ai ajouté un peu d’atmosphère avec un pinceau avec une texture nuage pour donner à l’ensemble un rendu plus brumeux. Ensuite, j’ai rempli le fond avec un dégradé de bleu clair et incrusté une texture de ciel en mode Superposition pour lui donner de la profondeur. Puis j’ai utilisé Densité + et repassé les contours du bâtiment pour un aspect vieilli et battu par les intempéries. J’ai aussi incrusté quelques textures de plâtre sur le bâtiment pour éviter un résultat trop harmonieux. Puis j’ai créé un masque autour de l’enseigne McDonald et appliqué un coup de Teinte/Saturation pour faire ressortir. J’ai appliqué Courbes pour réduire la saturation globale et appuyer les noirs tout en lui offrant sa teinte orange. Pour finir, j’ai ajouté un peu de grain et incrusté quelques salissures d’objectif pour le rendre le tout plus organique.

 

Avez-vous obtenu du travail grâce à la série ?

J’ai eu plus de travail avec mon Vjing, mais quelques personnes sont venues à moi grâce à Everydays, qui est génial et très apprécié.

 

Combien de temps pensez-vous poursuivre ?

Au moins jusqu’à la fin de la décennie. Après, je réexaminerai scrupuleusement et apporterai des modifications. J’imagine difficilement m’arrêter à ce stade parce que c’est un outil génial pour apprendre et qu’il est soudé à mon quotidien.

 

 

 

Mike Winkelmann

17 mai 2015 : Utiliser Photoshop pour la correction colorimétrique.

 

Mike Winkelmann

10 juin 2015 : … Souvent surnaturel

 

Mike Winkelmann

15 juin 2015 : Composite dans le ciel

 

Mike Winkelmann

29 avril 2015 : L’aventure par-delà Photoshop

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.