[Moleskine] 10 conseils pour concevoir des produits et collaborer avec d’autres marques

Le carnet Moleskine est un élément vital pour beaucoup de créatifs, qu’ils soient publicitaires, auteurs ou designers. Ceux qui découvrent ce fameux carnet en deviennent inévitablement inconditionnels et se muent souvent en clients fidèles pour la vie. Et nous aussi, nous adorons ce produit.

De nos jours, les carnets Moleskine sont disponibles dans une multitude de formes et de tailles. Si nous adulons le célèbre agenda noir, nous ne sommes pas moins admiratifs de la manière dont la société réinvente constamment sa marque, à l’aide de nouveaux coloris, du support numérique avec Evernote et des collections en édition limitée associées à des marques célèbres telles que Star Wars.

Nous avons rencontré Fabio Di Liberto, responsable du développement de la marque, pour parler du design de ses produits au-delà du modèle noir classique. Cette conversation nous a permis de recueillir une palette de conseils utiles pour tous, créateurs d’agenda ou non.

 

1. Créer pour l’utilisateur

Au cours de ces dernières années, la société Moleskine a battu des records de production avec ses superbes collections en édition limitée, souvent associées à des marques connues telles que DisneyLEGOStar WarsLe HobbitLes Simpson et Evernote. Lorsque l’entreprise conçoit ses agendas (spéciaux ou non), elle ne pense qu’à une chose : ses clients. Fabio Di Liberto explique que son équipe et lui ont toujours les clients à l’esprit lorsqu’ils réfléchissent aux personnages et à l’histoire que tel ou tel agenda va véhiculer. Qu’il s’agisse des palettes de couleurs ou d’innovations révolutionnaires, ils analysent toujours l’impact du résultat final sur le public et le marché.

 

2. S’informer sur la clientèle


Désireuse avant tout de satisfaire ses clients, Moleskine fonde en grande partie son travail de conception sur des recherches qui l’aident à anticiper les goûts des acheteurs. Fabio Di Liberto explique : « Toute une équipe se consacre au test des couleurs et de différents matériaux, en fonction des recherches faites en interne et en externe ». En effet, le meilleur moyen de s’assurer qu’une personne va aimer un produit est d’en avoir la plus grande certitude possible à l’avance.

3. Utiliser ces recherches comme guide, et non comme garantie


Moleskine a beau prendre soin d’identifier, entre autres, des palettes de couleurs susceptibles de plaire aux clients, « susceptibles » est le maître-mot, car en réalité, certains designs n’auront peut-être pas le succès escompté. « Ce n’est pas grave », dit Fabio Di Liberto. « Certaines couleurs risquent de ne pas fonctionner à long terme, mais elles font aussi partie de nos recherches. Parfois, il s’agit juste d’explorer de nouveaux horizons. »

 

4. Créer avec des valeurs fortes


Le carnet Moleskine est emblématique. Il est immédiatement reconnaissable. Il peut être difficile de combiner un produit aussi connu avec quelque chose d’aussi célèbre, voire plus (comme Dark Vador ou Mickey, par exemple). C’est le défi que Moleskine doit relever à chaque nouvelle édition limitée. Quelle est la meilleure méthode pour associer les deux marques ? Il faut trouver des valeurs compatibles. « Lorsque nous recherchons des partenariats, nous nous intéressons à des marques qui partagent les mêmes valeurs que nous », explique Fabio Di Liberto. Cela facilite l’intégration des deux marques dans le même produit. « C’est en prenant le meilleur de chacune des deux marques que nous parvenons à produire un objet qui surpasse la simple somme des deux ».

 

 

5. Trouver une idée qui fédère, puis l’appliquer


« Notre propre originalité et notre propre interprétation nous fascinent toujours », déclare Fabio Di Liberto. Quelle est l’originalité de Moleskine ? « Nous sommes passionnés par la “réalisation” du produit, les croquis faits à la main, l’histoire qui se cache derrière les personnages, les films et la marque. En général, c’est ainsi que nous procédons et interprétons les choses. » Cela génère une vraie cohérence visuelle entre bon nombre de produits. C’est vraiment fabuleux de créer un produit qui est reconnu comme étant le vôtre, même en utilisant l’image d’une autre marque.

 

6. Penser à utiliser des métaphores


L’originalité du travail « dans l’ombre » de Moleskine est frappante, en particulier avec la collection de carnets LEGO qui représente les fameuses briques (et les petits personnages) sous forme de croquis. Moleskine a choisi cette approche car elle a ressenti une affinité particulière avec la marque LEGO. « La brique est une excellente métaphore pour notre propre carnet. Pour la marque LEGO, il s’agit d’une pièce ou d’une plateforme véritablement unique sur laquelle vous pouvez construire quelque chose, tout comme vous pouvez transformer les pages de notre carnet en quelque chose de totalement différent ».

 

7. Expérimenter sans cesse


Même après avoir trouvé le design parfait, comme avec la collection LEGO, les designers de Moleskine continuent à explorer de nouvelles pistes. Le concept de base ne change peut-être pas, mais il ne doit pas pour autant être répété à l’infini. « Nous essayons de le transformer au fil des ans, en ajoutant de la couleur à la couverture et de nouveaux éléments à l’histoire de base pour la rendre séduisante. » Autrement dit, un concept réussi n’est pas une fin en soi, mais le début d’une autre étape dans le processus créatif.

 

8. Utiliser tout l’espace disponible pour raconter son histoire


Il y a quelque temps, Moleskine s’est rendu compte qu’elle n’utilisait pas toutes les possibilités de son concept : la bande de papier autour de ses carnets restait inexploitée. Les designers ont donc décidé que ces bandes pourraient elles aussi participer au concept du carnet, en particulier pour les éditions limitées. « C’est ce que nous appelons en interne la “face B” », révèle Fabio Di Liberto. « Tous nos articles peuvent inspirer une petite face B qui se poursuit sur la bande de papier. » Dans l’univers du design, plus l’histoire peut se développer, mieux c’est.

 

9. Avec des images emblématiques, la sobriété est parfois plus efficace


L’approche littérale, telle que l’utilisation directe de l’image de Dark Vador et de Homer Simpson dans leurs collections respectives, n’est pas la seule option. Par exemple, le carnet Minnie Mouse ne comporte aucune image de Minnie. Moleskine a eu recours aux pois emblématiques de sa tenue pour l’évoquer sans la montrer, et c’est une réussite. « Nous avons volontairement évité d’utiliser le personnage de Minnie », explique Fabio Di Liberto. « Nous avons pensé que les pois seuls étaient très reconnaissables. Le visage de Minnie aurait fait ressembler nos carnets à un produit Disney traditionnel. Nous voulions suggérer plutôt que montrer, afin de rendre hommage au personnage. »

 

 

10. Créer des produits qui participent à l’amélioration du monde


En fin de compte, chaque carnet Moleskine est conçu pour servir une cause unique. « Notre carnet est un point de départ. C’est une page blanche que l’utilisateur est libre de remplir avec ce qu’il veut », explique Fabio Di Liberto. « Notre véritable objectif est de fournir aux talents de ce monde les outils qui vont leur permettre de s’exprimer, de faire leur travail, de produire, de rêver et d’imaginer un monde meilleur. Nous voulons offrir au monde de bons produits, qui soient utiles à tous. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *