[EXPO] De l’Op Art sous acide !

Michael Scott expose jusqu’au 23 mai – à la galerie Laurent Strouk – des œuvres dont le principe a débuté à la fin des années 80 : de longues bandes noires et blanches ou en couleurs.

Le mouvement dont il se sent proche en ce moment ? « De l’Op art sous acide » dit-il. En cela, Michael Scott se rapproche d’artistes comme Steven Parrino, Matthew McCaslin, Cady Noland, ou Olivier Mosset… à ce qu’on a appelé la « nouvelle abstraction. Il est proche de courants comme le « Neo-Geo » (Peter Halley, Jeff Koons, John Armleder…)

2

Le principe des œuvres exposées est d’éviter tout systématisme des parallèles, en introduisant des accidents, des micro-accidents parfois, dans le but de créer une figure nouvelle.

«  »J’ai fait ces peintures avec l’intention qu’elles soient très optiques. Cette intensité visuelle extrême a toujours été un facteur de motivation derrière le travail. Je dirais que je voulais faire quelque chose de tellement optique qu’en théorie ce serait impossible à regarder, et j’ai toujours pensé que c’était à l’opposé de la façon dont une peinture fonctionne, traditionnellement.” »

4

3

 

Pour en savoir plus sur la Galerie Laurent Strouk : www.laurentstrouk.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.