Oscars Pop : les films nommés aux Oscars 2015 revisités par des designers

Pendant la 87e cérémonie des Oscars, la Design Team de Shutterstock se prêtait à un jeu qui est désormais devenu une tradition.

Tous les ans, les designers de la banque d’images se donnent pour mission de recréer les affiches des films nominés dans la catégorie Meilleur Film en s’inspirant du Pop Art et en utilisant les ressources Shutterstock.

 

Cette année, le triomphe, les déceptions amoureuses et la détermination étaient au cœur des thèmes de la liste des films en concurrence. De l’histoire du sniper américain comptant le plus de victimes à son actif, et des troubles psychologiques que lui ont causé ses années de service, jusqu’à l’histoire vraie de l’une des figures les plus importantes de la lutte pour les Droits Civiques, cette liste est plus que jamais centrée sur les histoires individuelles, personnelles.

Tous ces films, ainsi que les personnages et leur psychologie complexes, sont assez difficiles à résumer en une seule image. Tenter d’ajouter de la légèreté à ces sujets est un challenge encore plus complexe !

Découvrez le résultat, ainsi qu’une rapide présentation de ce qui a inspiré chacun de ces designers :

1-510-788

Birdman – Affiche signée Odes Roberts
« Roy Lichtenstein était surtout connu pour avoir amené l’esthétique de la pop colorée à la bande dessinée, et s’en servir pour parodier les sujets sérieux de la vie réelle. La manière dont Birdman dissèque l’obsession d’Hollywood pour les super-héros et comment le théâtre de Broadway sert aux acteurs à se donner une crédibilité en tant qu’acteurs sérieux était un sujet parfait pour le style parodique et pop de Lichtenstein. J’ai choisi de montrer en gros plan Riggan Thomson, l’alter ego de Birdman, et de lui faire porter un costume-cravate en même temps que son masque de super-héros pour souligner ce côté sérieux que Thomson essaie désespérément d’atteindre. »

 

2

Imitation Game – Affiche signée Bryant Nichols
« Les expérimentations d’Andy Warhol avec la production de masse et sa place dans le monde de l’art m’ont toujours fasciné. Le concept d’ajouter un côté humain à quelque chose d’aussi mécanique d’une conserve de soupe reflète bien l’analyse que fait Imitation Game de la lutte entre l’homme et la machine. Il a fallu l’intervention de l’homme pour transformer cette conserve en objet d’art, tout comme il a fallu l’intelligence humaine pour résoudre une énigme posée par une machine. J’ai essayé de transcrire cette dissonance en associant une grille très précise, mécanique et créée par un ordinateur, avec une typographie créée par la main imparfaite mais magnifique de l’homme. »

3


Whiplash – Affiche signée Jordan Roland
« Whiplash traite de la difficulté de se pousser à être irréprochable dans tout ce l’on fait. Je voulais saisir le côté aggressif et violent de ne reculer devant rien pour atteindre cette perfection. J’ai donc choisi de mettre en avant un moment très précis du film, lorsqu’Andrew, le personnage principal, s’entraîne sur sa batterie au point que ses mains commencent à saigner. En termes d’inspiration artistique, j’ai choisi le pop-artiste polonais Lucjan Mianowski. Ses palettes de couleur très restreintes et ses images presque bicolores sont parfaites pour représenter l’extrême dureté de cette scène. »

 

4
American Sniper – Affiche signée Kathy Cho
« J’ai été inspiré par les collages de Richard Hamilton, en particulier son affiche Just What Is It That Makes Today’s Homes So Different, So Appealing?, datée de 1956. Elle reflète bien l’ambition que nourrissait Hamilton d’être « multi-allusif », en utilisant des coupures de journaux et de d’affiches. J’ai voulu résumer la vie de Chris Kyle, le personnage principal, une réalité dans laquelle la guerre devient peu à peu plus importante que son pays dans son esprit. Le style d’Hamilton me paraissait être la meilleure manière d’assembler les détails de tous les éléments visuels que j’ai utilisés. »

 

5
Selma – Affiche signée Nichole Garcia
« J’ai choisi comme inspiration Gerald Laing, pour sa ferme opposition à la guerre en Irak et à l’usage de la violence en général à des fins politiques, qu’il partage avec Martin Luther King. Il a mis cette colère dans sa série War Paintings, dans laquelle j’ai trouvé beaucoup de points communs avec les marches de Selma. Je voulais faire du pont le point central de mon affiche, car il s’agissait d’un repère très important pendant les marches. J’ai décidé d’y placer le centre de la cible, puisque le but de ces marches était de traverser le pont jusqu’à Montgomery pour discuter avec le gouverneur et faire prendre conscience aux gens des violations du droit de vote de ces manifestants. Il aura fallu trois marches pour atteindre ce but. Les deux anneaux symbolisent donc les deux premières marches et le point représente la dernière marche qui les a conduit à réussir. »

 

6
The Grand Budapest Hotel – Affiche signée Carisa Tong
« J’ai recréé une affiche pour The Grand Budapest Hotel en m’inspirant du travail de Yayoi Kusama. Elle a influencé beaucoup d’artistes pop célèbres avec son utilisation de couleurs vives et ses textures faites de points, immédiatement reconnaissables. Ses installations incluent souvent des objets de la vie quotidienne reprennent les motifs des arrière-plans, les rendant ainsi à la fois cachés et bien visibles. Dans cette affiche, la boîte à gâteaux de Mendl est représentée de la même manière, afin de souligner le rôle à la fois important et discret du dessert dans le film. »

7-1


Une merveilleuse histoire du temps – Affiche signée Deanna Paquette
« Je me suis intéressée aux juxtapositions à la fois décomposées et cohérentes de James Rosenquist, ainsi qu’à la manière dont Une merveilleuse histoire du temps mêle l’histoire avec le style artistique du film. De bien des manières, le film est aussi un travail de juxtapositions, rythmant l’évolution d’une incroyable histoire d’amour. Les couleurs et les angles de caméra sont utilisés tout au long du film pour présenter différentes perspectives, ce qui s’accordait bien avec le style de Rosenquist. »

8


Boyhood – Affiche signée Cristin Burton
« La manière qu’a Rosalyn Drexler de combiner collage et peinture ainsi que son utilisation des couleurs sont sûrement les mêmes que ses homologues du Pop Art, mais ses travaux à base de portraits éparpillés étaient vraiment susceptibles de m’inspirer une affiche pour Boyhood. Ils contiennent tous plusieurs silhouettes regroupées autour d’un thème. Ces silhouettes sont parfois présentes plusieurs fois dans ses œuvres, tantôt en mouvement, tantôt statiques. Boyhood, c’est presque exactement ça : une série de portraits épars réunis autour d’une vie, qui parfois contient des événements récurrents, parfois du mouvement, parfois de l’ordinaire. »

 

Découvrez toutes les images utilisées pour créer ces posters dans l’album Oscar Pop 2015.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.