[MàJ] Canon se lance dans le monitoring 4K

Jusque là forcément très présent dans les univers de la photo, de la vidéo et de l’impression, Canon ajoute aujourd’hui une nouvelle dimension : le Monitoring.

L’explosion de la demande professionnelle se faisant, le fabricant présente son tout premier moniteur 4K le DP-3010, un écran d’une diagonale de 30″ (76,2 cm – Ratio 16:10), s’appuyant sur une dalle LCD LED IPS, spécifiquement conçu pour assurer un étalonnage pointu, une luminosité constante et, surtout, un univers couleur homogène et cohérent. Sa dalle 10 bits, couplée un processeur maison, permet d’afficher 1024 niveaux de gradation pour chaque couleur RVB. Compatible avec l’espace colorimétrique DCI-P3 le plus couramment mis en oeuvre au cinéma, la dalle du DP-V3010 affiche une résolution de 4096 x 2560 pixels de quoi supporter sans sourciller la définition native du 4K DCI (soit 4096 x 2160 pixels). Côté contraste, le moniteur s’assure un taux de 2000:1. La majorité des signaux vidéo 4K est supportée : de 23,98p à 60p incluant le 50p (plus usité en Europe) et le DP-3010 distille trois modes d’affichage avec mise à l’échelle pour la vidéo 2K et la Full HD. Un compatibilité accrue assurée par le Shape Tracing Technology, un algorithme de traitement propriétaire de Canon qui supprime l’effet crénelé des lignes diagonales lorsque l’image est agrandie ou affichée en pleine résolution.
Livré avec une unité de commande autonome (sur bureau) ou “rackable” pour un paramètrage intuitif, le DP-V3010 devrait être commercialisé courant du premier trimestre 2014. Le prix n’est pas encore communiqué.

Le moniteur sera présenté au Salon de la Photo (stand B 61)

[MàJ] Si le tarif du moniteur n’est pas encore connu, on en sait un peu plus sur les interfaces et connectiques délivré par la bête.

Pas moins de huit entrées/sorties type BNC (à l’arrière gauche du moniteur)
En sus des connecteurs ad hoc, le DP-V3010 distille USB et Ethernet (RJ45).
Ici, l'unité de commande qui peut être aussi "rackée"

Enfin, le moniteur assure une totale compatibilité avec les formats de métadonnées ASC CDL5 et les tables de correspondances (LUTs) 1D/3D, la correspondance des couleur est alors très précise aussi bien durant les phases de tournage que durant un étalonnage ultérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *