Effets visuels de Jappeloup

Hybride hisse la barre en produisant 427 plans d’effets visuels pour le film Jappeloup de Christian Duguay.

C’est à Hybride, une division d’Ubisoft, que le réalisateur québécois Christian Duguay a confié la réalisation des 427 plans d’effets visuels pour son tout dernier film, Jappeloup, produit par Pascal Judelewicz. Jappeloup, c’est l’histoire vraie d’un cavalier émérite, d’un cheval d’exception et d’une rencontre légendaire.

Pour Hybride, le principal défi consistait à réaliser des plans d’effets imperceptibles qui allaient servir de support visuel au récit – plongeant ainsi les spectateurs dans une ambiance authentique, représentative de l’époque, et des différents lieux reproduits tout au long du film. L’équipe d’Hybride a donc produit les plans de foule pour cinq environnements différents – Longchamp, Fontainebleau, Los Angeles, Barcelone et Séoul – en plus d’effectuer l’actualisation des stades, leur rendant ainsi leur apparence de l’époque, incluant bannières et drapeaux commanditaires. Les infographistes d’Hybride ont également réalisé les plans d’incrustation d’archives des moniteurs, de nombreux plans de panneaux électroniques et d’écrans géants, et procédé à l’effacement de câbles et aux corrections d’images. Le studio a aussi conçu certains des stades représentés dans le film entièrement en 3D, en plus d’effectuer de nombreuses extensions de décors.

Pour porter l’histoire du « petit cheval noir » de Pierre Durand au grand écran, Hybride a collaboré étroitement avec le réalisateur qui a pu, grâce à l’innovation technologique du studio, jouir d’une grande flexibilité lui permettant de tourner sans restriction. Bien qu’indécelable pour le public, le travail effectué par l’équipe d’Hybride est titanesque puisque les plans de foule à eux seuls ont nécessité une approche particulière. « Pour les cinq stades représentés dans le film, nous avons utilisé des techniques distinctes », déclare Pierre Raymond, président d’Hybride et producteur sur le projet.

« L’approche conceptuelle des multiplications de foule est unique pour chacun étant donné les grandes disparités entre les sites, et le type de compétition qui s’y déroule. En somme, c’est comme si trois compagnies, avec trois façons de faire, avaient travaillé sur Jappeloup, mais c’est Hybride qui a pris en charge l’ensemble des effets visuels produits pour le film », affirme-il.

« De tous les films que j’ai réalisés, Jappeloup représentait mon plus gros défi en ce qui a trait aux effets visuels et ils devaient être imperceptibles ! », confie le réalisateur Christian Duguay. « Hybride a vraiment relevé un vrai challenge pour ce film, l’intégration des éléments est impeccable, l’actualisation des environnements et leurs foules ont permis aux effets visuels de faire intégralement partie de la narration du film » affirme M. Duguay. « Le travail d’Hybride m’a permis de raconter mon histoire sans être ralenti par des contingences lourdes, pratiquement impossibles à respecter, dans des films où la performance des animaux est si importante », déclare le réalisateur. « Je n’aurais pu faire ce film sans Hybride : esthétiquement, le résultat final est époustouflant et tous les détails, indiscernables pour le spectateur, donnent véritablement le ton à l’histoire, nous ramenant sur le champ de courses 25 ans en arrière », termine M. Duguay.

C’est le comédien Guillaume Canet qui prête ses traits au personnage principal, Pierre Durand, le cavalier qui remporta la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988. Canet, qui a également écrit le scénario du film, joue aux côtés de Daniel Auteuil, qui incarne Serge, père du cavalier, et de Marina Hands qui joue Nadia, l’épouse du Champion Olympique.

Réalisé par Christian Duguay et produit par Acajou Films et Pathé, Jappeloup est projeté dans les salles de cinéma, en France, Belgique, et en Suisse, depuis le 13 mars 2013.

 

Fiche technique

RÉALISATEUR : Christian Duguay

SCÉNARISTE : Guillaume Canet – Librement adapté du roman « Crin Noir » de Karine Devilder

LISTE ARTISTIQUE :

GUILLAUME CANET – Pierre Durand

MARINA HANDS – Nadia

DANIEL AUTEUIL – Serge Durand

LOU DE LAÂGE – Raphaëlle Dalio

TCHÉKY KARYO – Marcel Rozier

JACQUES HIGELIN – Dalio

MARIE BUNEL – Arlette Durand

JOËL DUPUCH – Francis Lebail

FRED EPAUD – Patrick Caron

ARNAUD HENRIET – Frédéric Cottier

Avec la participation exceptionnelle de :

DONALD SUTHERLAND

PRODUIT PAR : Pascal Judelewicz

UNE COPRODUCTION : © 2013 Acajou Films, Pathé, Orange Studio, TF1 Films Production,

Canéo Films, Scope Pictures, CD Films Jappeloup Inc.

DISTRIBUTEUR : Pathé Distribution

 

Production :

Nombre de plans d’effets : 427 plans d’effets

Durée cumulative des effets : 25.6 minutes

Durée du projet : 15 mois (juillet 2011 à octobre 2012)

Ressources humaines :

79 employés

49 – département 3D & Compositing

30 – Administration & support technique

Ressources techniques :

2D – Flame, Smoke, Fusion

3D – XSI (ICE), Mari, Photoshop.nfodl3D, 3DEqualizer, Zbrush, Maya, 3DS Max (Fume Mass Fx), Motion Builder.

Description des effets :

2D VFX & 3D VFX : Design / animation / « tracking » / modélisation / intégration & correction d’image / composition numérique / SFX / extension de décor / « matte painting »

 

INTÉGRATION & CORRECTIONS D’IMAGES

• Composition d’images (intégration d’éléments de tournage ou numériques) : stades et foules, panneaux, drapeaux commanditaires et intégrations sur fond vert pour plans au ralenti / Contenu d’écrans : incrustations télé, contenu d’écrans géants et panneaux électroniques.

• Traitement d’images pour les écrans de téléviseurs (éléments d’archives et de tournage).

• Correction de couleur, de vitesse, et ajustement de l’éclairage (stades intérieurs et extérieurs), effacement des câbles.

ANIMATION VFX ET SIMULATIONS ORGANIQUES

• Atmosphère, feu, poussière, éclats de boue.

EXTENSION DES DÉCORS

• Création d’environnements pour les arrières plans (stades et paysages), autoroute.

DESIGN/MODÉLISATION/ANIMATION

• Stades (habillage et reconstitution) de Longchamp, Fontainebleau, Los Angeles, Barcelone et Séoul ;

autoroute, drapeaux commanditaires.

• Création et animation de foules (stades).

PERSONNAGES VIRTUELS

• Simulation et multiplication de foule (large et spécifique).

 

LE FILM

Au début des années 80, abandonnant une carrière d’avocat prometteuse, Pierre Durand se consacre corps et âme à sa passion, le saut d’obstacle. Soutenu par son père, il mise tout sur un jeune cheval auquel personne ne croit vraiment : Jappeloup. Trop petit, trop caractériel, trop imprévisible, il a de nombreux défauts mais une détente et des aptitudes remarquables. De compétition en compétition, le duo progresse et s’impose dans le monde de l’équitation. Mais les JO de Los Angeles sont un terrible échec et Pierre prend alors conscience de ses faiblesses.

Avec l’aide de Nadia, sa femme, et de Raphaëlle, la groom du cheval, Pierre va regagner la confiance de Jappeloup et construire une relation qui va les mener aux JO de Séoul en 1988.

LE DÉFI

Pour Hybride, le défi à relever consistait à réaliser des plans d’effets imperceptibles servant de support visuel au récit plongeant ainsi l’auditoire dans une ambiance rétro, représentative de l’époque. Hybride a produit 427 plans d’effets sur ce film dont les plans de foule pour cinq environnements différents – Longchamp, Fontainebleau, Los Angeles, Barcelone et Séoul – des plans d’incrustation de téléviseurs, de nombreux plans de panneaux électroniques et d’écrans géants, et a également procédé à l’effacement de câbles et corrections d’images. Pour la création des multiples foules, Hybride a fait preuve d’innovation en développant son propre logiciel à l’interne lui permettant toutes les variables possibles requises à la production des plusieurs milliers de personnages distincts et répondant ainsi aux besoins spécifiques de la production.

L’équipe d’Hybride a également conçu certains stades en 3D en plus d’effectuer de nombreuses extensions de décors pour l’autoroute, et pour les montagnes de la Sierra Nevada qui se trouvent derrière le stade de Los Angeles—entres autres. Qu’il s’agisse de l’actualisation des stades, des drapeaux affichant les commanditaires de l’époque, des images d’archives imbriquées dans les téléviseurs, ou de l’habillement des personnages de la foule, les VFX produits par Hybride sont véritablement au service de l’histoire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *