50 astuces pour Illustrator !

Cet article a été rédigé par Thibaut Hofer avec l’aide de quelques graphistes français dont vous reconnaitrez les travaux. 50 astuces pour Illustrator !


50 astuces pour Illustrator 

01 Le mode Tracés

Activer le mode Tracés (Ctrl/Cmd+Y) vous permet de faire apparaître le squelette de votre illustration, sans remplissage, contours et autres filtres. Une perspective idéale pour travailler avec précision lorsque les formes sont nombreuses. C’est notamment un mode qui facilite la gestion manuelle des défonces et surimpressions.


Le mode Tracés facilite la perception des tracés sans leurs options de remplissage, de contour et de style.




02 Repositionner précisément vos objets

Si vous avez déjà tenté d’accoler deux objets avec contours, vous vous êtes rendu compte de la difficulté de cette action. Le mode Tracés ne permet pas de gérer l’épaisseur des contours et la manipulation à l’œil manque souvent de précision. Tentez donc ceci : prenez en main l’outil Mesure, qui complète la Pipette et, après avoir sélectionné l’un des deux objets, tracez une droite entre leurs contours respectifs. Appelez la commande Objet> Transformation> Déplacement (ou Ctrl/Cmd+Maj+M) : dans le premier champ apparaît automatiquement la mesure relevée par la règle. Validez, et l’objet que vous avez sélectionné s’accolera à l’autre.


Utiliser la règle en complément de la fonction Transformation> Déplacement permet de personnaliser facilement et précisément la distance et l’angle de déplacement.



03 Déplacer une seule tangente

La sélection directe permet non seulement de déplacer un vecteur mais également les poignées de tangente qui l’entourent. Mais lorsque vous tirez sur une de ces poignées, les deux tangentes conservent leur symétrie et vous modifiez des deux parties du tracé qui se trouvent de part et d’autre du vecteur. Si vous souhaitez modifier une seule tangente pour obtenir, par exemple, un angle aigu, faites défiler les déclinaisons de l’outil Plume et utilisez l’outil Conversion de point directeur.


L’outil Conversion de point directeur vous permet de ne manipuler qu’une seule poignée de tangente.



04 Raccourci de transformation

Vous avez perdu votre homothétie ? Apprenez à être moins maladroit ! Ou bénéficiez de cette astuce : cliquez sur la mention Transformation (qui ressemble à un lien URL) de la barre d’options et utilisez les champs à votre disposition pour rattraper votre erreur. Grâce à ces champs, vous pouvez non seulement personnaliser les dimensions de n’importe lequel de vos objets, mais aussi sa position et son inclinaison sur le plan de travail.


Un raccourci rapide et efficace pour déplacer, pivoter ou redimensionner un objet.



05 Duplication rapide

Si vous êtes lassé de faire de la gymnastique des doigts à chaque fois que vous devez copier/coller un objet, retenez cette astuce de manipulation qui vous évitera bien des pertes de temps. Sélectionnez l’objet à dupliquer, maintenez la touche Alt/Opt enfoncée et déplacez-le : il se voit automatiquement copié là où vous le désirez. Si vous devez en effectuer plusieurs copies, par exemple pour en créer un motif, faites appel à la commande Objet> Transformation> Répéter la transformation (Ctrl/Cmd+D) qui reproduira à l’identique votre duplication précédente.



06 Options d’outils

Lorsque vous souhaitez personnaliser le fonctionnement d’un outil, vous accédez à ses options. Celles-ci se présentent sous la forme d’une fenêtre appelée simplement en double-cliquant sur l’outil dont vous désirez modifier le fonctionnement.



07 Illustration et arithmétique

Les champs de la barre d’options vous permettent d’entrer précisément les valeurs que vous souhaitez attribuer à une largeur, une hauteur, un déplacement… Lorsque vous souhaitez réaliser une transformation avec ratio, il vous suffit d’entrer la formule mathématique correspondante. Si vous souhaitez par exemple diviser une largeur par deux, ajoutez à votre valeur le suffixe /2 puis validez.



08 Revenir aux champs

Les champs de valeur sont très pratiques pour transformer précisément un objet, mais il est frustrant d’avoir à revenir dans le champ si la transformation ne convient pas. Plutôt que d’effectuer d’incessants allers-retours entre votre plan de travail et vos champs, privilégiez cette astuce : au moment de valider, maintenez la touche Maj enfoncée pour préserver la surbrillance du champ. Si votre transformation ne donne pas le résultat que vous attendiez, il vous est possible d’entrer directement une nouvelle valeur.



09 Le mode Isolation

Depuis la version CS3, Illustrator possède un mode Isolation. Il s’active en double-cliquant sur un objet ou un groupe d’objets, et prend la forme d’un chemin sous la barre des options : Calque> Groupe> Objet. Son intérêt est de verrouiller temporairement tout ce qui ne concerne pas l’élément que vous souhaitez modifier. Visuellement, il se traduit par un contraste entre l’objet à modifier, qui reste normal, et son environnement, qui devient transparent.


Le mode Isolation met en surbrillance un élément de la composition en réduisant l’opacité des objets alentour.



10 Les symboles

Si vous devez utiliser plusieurs fois un même objet ou groupe d’objets – par exemple, quand vous créez des puces, ne trouvez-vous pas laborieux de copier et déplacer vos objets à chaque modification, ou pire de les modifier un par un ? –, retenez ceci : transformer cet objet en symbole permet de le modifier une fois pour toutes les copies que vous en ferez.


Les symboles vous permettent de modifier en une seule fois toutes les déclinaisons de l’objet que vous avez ajouté à la bibliothèque des symboles.



11 Dégradé de formes

L’outil Dégradé de formes ne sert pas qu’à fusionner des objets aux formes variées, il permet aussi de créer des interpolations de formes, de tracés et de couleurs. Dans les options de l’outil, déroulez l’onglet Pas et choisissez Étapes puis entrez un nombre de pas à appliquer entre vos formes : vous pourrez de cette façon créer des étapes de transition, mais aussi donner libre cours à votre imagination délirante.


En permettant de gérer le nombre d’étapes de vos interpolations, l’outil Dégradé de formes autorise un nombre infini de déformations, comme ici sur la typographie.



12 Attention, maj-ie!

La touche Maj autorise beaucoup de combinaisons très pratiques. Mais elle peut également s’utiliser seule en cas de création ou de transformation. Si vous créez un objet, maintenir la touche Maj enfoncée contraint l’objet à l’homothétie (cela vaut aussi pour une mise à l’échelle). Dans le cas d’une transformation, la touche Maj contraint l’objet à suivre un angle à 45°, tant pour un déplacement que pour une rotation.



13 Des formes depuis leur centre

Le raccourci Alt/Opt s’avère utile dans de nombreuses situations, y compris lorsqu’il s’agit de tracer vos formes. Maintenez cette touche enfoncée au moment de tracer votre objet, et vous amorcerez sa création depuis le centre. Cette manipulation peut toujours s’accompagner de la touche Maj pour contraindre la transformation de l’objet homothétiquement.



14 La barre d’état

La barre d’état est généralement sous-utilisée. Elle peut pourtant vous révéler des informations importantes sur votre flux de travail. Cliquez sur l’onglet situé à côté de votre pourcentage de zoom et de la sélection de plan de travail puis suivez la mention Afficher. Illustrator vous propose alors plusieurs options : afficher l’état de Version Cue (informations d’enregistrement), l’outil en cours, la date et l’heure, le nombre d’annulations et surtout le profil ICC appliqué au document.


Pensez à personnaliser la barre d’état et ses informations pertinentes.



15 Le masque d’opacité

Avez-vous déjà été confronté au besoin de créer un fondu vers transparence sur un objet de votre illustration, par exemple pour créer une ombre portée ? Solution numéro un : un dégradé de couleur vers blanc en mode Produit pour faire disparaître le blanc. Solution numéro deux, et de loin la meilleure : un masque d’opacité. Créez un dégradé de noir vers blanc sur l’objet à masquer : le blanc doit correspondre à la partie visible. Puis sélectionnez l’objet et son masque en devenir et ouvrez le panneau Transparence. Cliquez sur la flèche des options et choisissez Créer un masque d’opacité.


Un masque d’opacité combiné à un dégradé permet de fondre une forme avec son arrière-plan. Pratique pour les ombres dégradées.



16 Modifier seulement le masque d’opacité

Lorsque vous créez un masque d’opacité, il est lié à l’objet auquel il s’applique. Ceci implique que si vous déplacez votre objet, le masque suit. Mais cela implique également que vous ne pouvez pas modifier votre masque indépendamment de l’objet auquel vous l’avez lié. Eh bien si ! Il vous suffit pour cela de vous rendre dans le panneau Transparence et de cliquer sur le maillon qui lie votre objet à son masque pour désactiver le lien et déplacer l’un et l’autre comme bon vous semble.


Délier un masque de son objet permet de le modifier indépendamment : taille, position, écrêtage…



17 Appelez la police

Lorsqu’on cumule un grand nombre de polices, il devient difficile de ne pas s’y perdre. Que de temps perdu à faire défiler les polices pour retrouver celle que l’on veut ! Deux solutions s’offrent à vous pour vous faciliter la recherche : entrez les premières lettres du nom de votre police pour faire défiler le menu jusqu’à l’intervalle souhaité ou, si vous avez déjà utilisé cette police précédemment, faites appel à la commande Texte> Polices récentes.



 

18 Coupé/décalé

Lorsque vous souhaitez appliquer à votre objet un contour qui lui soit supérieur en taille de quelques millimètres ou pixels, sélectionnez votre élément puis rendez-vous dans Objet> Tracé> Décalage. Vous pouvez prévisualiser en temps réel ce décalage et personnaliser ses points de jonction pour, par exemple, en adoucir les pointes lorsque l’objet à décaler est complexe.


La commande décalage permet par exemple de créer rapidement un contour de découpe parfaitement adapté à son contenu.



19 Surimpression des couleurs

Vous souhaitez que deux couleurs de votre document se chevauchent sans être simplement superposées, mais qu’elles fusionnent comme le ferait une couche de laque sur une couleur. Pour cela, sélectionnez vos objets et rendez-vous dans le panneau Options d’objet pour y cocher l’option Surimpression du fond ou du contour selon vos besoins. Pour éviter les mauvaises surprises dans le mélange des aplats, rendez-vous dans Fichier> Imprimer. Sélectionnez ensuite l’option Avancées et déroulez l’onglet Surimpressions jusqu’à Simuler.
Avertissement : la surimpression se révèle parfois décevante et engage de nombreux échanges avec l’imprimeur. Un résultat obtenu avec le mode Produit peut se montrer suffisant.


Vous pouvez anticiper la surimpression de vos objets en ouvrant la commande Imprimer, qui vous montre un aperçu du document tel qu’il sortira.



20 Le groupe perçant

Manipuler les transparences peut se révéler très efficace pour donner du relief ou de la profondeur à une illustration, mais il arrive que l’on ne souhaite pas que cette transparence agisse sur certains objets. Lorsque c’est le cas, associez les objets concernés dans un groupe puis rendez-vous dans le panneau Transparence pour appliquer à cet ensemble un Groupe perçant. Cette option comporte trois options : désactivé, neutre (représenté par un trait) et activé. Si votre groupe est le seul à être concerné par le groupe perçant, activez-le. S’il interfère avec un autre groupe perçant, positionnez l’option sur Neutre.


Ici, le groupe perçant est composé de zones concentriques qui laissent apparaître l’arrière-plan par transparence mais ne se superposent pas.



21 Recouvrez-vous, enfin !

Lorsque vous superposez des objets qui n’ont pas de composante couleur commune – c’est le cas des tons directs comme les Pantone – il peut être judicieux de faire appel au recouvrement pour éviter l’apparition de filets entre vos formes à l’impression. Si vous souhaitez qu’un objet de couleur claire recouvre un fond plus sombre, appliquez-lui un contour de la couleur de ce fond. Si au contraire vous recouvrez un fond clair avec une couleur plus sombre, appliquez à l’objet supérieur un contour de la couleur de l’objet le plus clair qu’il recouvre. Vérifiez que votre document est en mode CMJN puis sélectionnez les objets qui seront superposés. Appelez ensuite la commande Recouvrement depuis la flèche d’options du panneau Pathfinder.


Ton direct clair sur ton direct sombre : ajoutez à l’objet clair un contour de la couleur du fond et spécifiez un recouvrement de l’épaisseur de ce contour.



22 Appliquer un dégradé à un texte non vectorisé

Lorsqu’on souhaite appliquer un dégradé à un texte, le premier réflexe est de le vectoriser. Le problème est que si vous souhaitez modifier le texte par la suite, il vous faudra reprendre vos actions depuis le départ. Le panneau Aspect peut vous aider. Sélectionnez votre objet texte à l’aide de l’outil Sélection puis enlevez la couleur de remplissage et au besoin la couleur de contour. Rendez-vous dans le panneau Aspect et cliquez sur Ajouter un fond en bas du panneau : vous pourrez y choisir une nuance en dégradé pour remplir votre texte. Si le besoin s’en fait sentir par la suite, vous pourrez modifier votre texte en conservant le remplissage.


Gérez en temps réel le remplissage en dégradé et l’orthographe d’un texte grâce au panneau Aspect.



23 Simplifier un tracé
Il arrive qu’un objet comporte plus de points que vous ne le vouliez au départ. Cela peut résulter d’une vectorisation d’un modèle complexe ou de l’application d’un contour avec une forme personnalisée. Si le résultat n’implique pas une gestion manuelle du nombre de points, vous pouvez tout à fait automatiser cette tâche en appelant la commande Objet> Tracé> Simplifier. Les options de cette commande permettent de gérer la précision de votre tracé.



24 Les filets de dégradé

Lorsque vous souhaitez offrir un relief plus réaliste à un objet, l’utilisation des dégradés, options de transparence et autres contours progressifs s’avère fastidieuse et n’offre parfois pas le résultat escompté. Faites appel à l’outil Filets de dégradé qui, moyennant un temps d’apprentissage, vous offrira une très grand souplesse pour créer un relief réaliste.


Les filets de dégradé se présentent sous la forme d’une grille paramétrable dont chaque nœud peut se voir attribuer une nuance différente.



25 Faites la lumière sur la 3D

Lorsque vous transformez un objet vectoriel en objet 3D, ne restez pas prisonnier des options proposées par défaut. Cliquez sur Plus d’options pour dérouler toute une partie du panneau vous permettant de paramétrer l’éclairage de votre scène. Choisissez vos outils et personnalisez votre objet 3D. Notez surtout que, juste en dessous du choix de la matière Surface, vous avez la possibilité de modifier la position de votre point lumineux de départ ou d’en créer de nouveaux : cette possibilité vous permet, par exemple, de prendre le contrepied de votre scène en modifiant la projection de l’ombre.


Grâce aux multiples sources d’éclairage, les graphiques 3D prennent une nouvelle dimension.



26 Décomposer un objet 3D

Un objet 3D, c’est bien joli, mais comment le modifier une fois qu’il a été réalisé ? Rendez-vous dans le menu Objet et choisissez la commande Décomposer l’aspect. Votre objet devient éditable à l’aide de l’outil Sélection directe. Ce n’est pas suffisant ? Appliquez à plusieurs reprises la fonction Dissocier à partir du même menu, vous pourrez alors modifier indépendamment les éléments qui composent votre objet.


La commande Décomposer l’aspect rend à votre forme 3D ses propriétés vectorielles objet par objet. Vous pouvez déplacer et modifier chacun d’entre eux.



27 Un motif rapidement

Pour créer un motif dans Illustrator, il faut sélectionner l’objet qui servira de motif, se rendre dans le menu Édition et choisir Utiliser comme motif : une fenêtre s’ouvre qui vous permet de personnaliser votre motif. Si vous manquez de temps, ou si vous devez créer un motif dont vous ne vous servirez que temporairement, il existe une alternative plus rapide et simple : glissez votre objet dans le panneau Nuancier. Et voilà !


Créer un motif est aussi simple que de l’utiliser.



28 Dégrader en temps réel

L’une des évolutions de confort d’Illustrator est la possibilité de gérer en temps réel les dégradés. Lorsque vous cliquez sur un objet contenant un remplissage en dégradé, il vous est possible de le modifier directement sur votre plan de travail. En reprenant en main l’outil Dégradé, vous êtes non seulement en mesure de déplacer les curseurs qui gèrent la fusion de vos couleurs, mais aussi de les modifier ou d’ajouter de nouvelles étapes.


Plus d’obligation de passer par le panneau Dégradé : modifiez en temps réel votre dégradé directement depuis votre zone de travail.



29 Les modes de fusion

Ne négligez pas les modes de fusion ! Ceux-ci peuvent être appliqués objet par objet à partir du panneau Transparence, au contraire de Photoshop où c’est un calque entier qui est impacté par un changement de mode. Pour créer des transparences progressives, retenez notamment le mode Produit qui permet de masquer le blanc, et Superposition qui masque le noir.


Créez facilement un reflet en utilisant un dégradé du blanc vers le noir en mode Superposition.



30 Grille de repères

Vous souhaitez personnaliser rapidement une grille de repères ? Utilisez l’outil Grille rectangulaire, qui se cache derrière l’outil Trait, puis double-cliquez sur l’outil pour personnaliser une grille qui réponde à vos besoins. Lorsque c’est fait, rendez-vous dans Affichage> Repères> Créer les repères ou utilisez le raccourci Ctrl/Cmd+5.


L’outil Grille rectangulaire permet de créer des repères facilement et mathématiquement.



31 Repères obliques

Par défaut, les repères d’Illustrator sont verticaux ou horizontaux. Cela s’avère peu commode lorsque vous souhaitez créer une illustration en perspective, par exemple en 2D isométrique, qui requiert un angle de perspective de 30°. Suivez cette astuce : juste après avoir tracé votre repère, lorsqu’il est encore sélectionné (si ce n’est plus le cas, sélectionnez-le de nouveau), appelez la fonction Objet> Transformation> Rotation et personnalisez l’angle que vous souhaitez lui appliquer.


Préparez vos perspectives en plaçant des repères obliques.



32 Une palette en quelques clics

La mise en couleurs occupe une bonne partie de l’activité d’illustration. Chaque illustrateur se fournit en nuances regroupées en palettes et nuanciers. Composer ces palettes, trouver les bonnes couleurs prend du temps, et parfois on se dispenserait bien de ce temps de préparation pour passer directement au remplissage. Lorsque vous devez réaliser un nuancier dans une gamme donnée, reposez-vous sur cette manipulation rapide et facile : tracez un dégradé dans la gamme souhaitée puis allez dans Objet> Décomposer. Choisissez un nombre d’objets correspondant au nombre de nuances que vous désirez et validez. Il ne vous reste plus qu’à transformer ces objets en nuances.


Transformez vos dégradés en palettes de couleurs.



33 Une moyenne chromatique

Lorsque vous souhaitez isoler une couleur moyenne à partir d’une zone aux nuances variées, utilisez cette option de l’outil Pipette : maintenez enfoncés la touche Maj et le clic de votre souris puis survolez la zone dont vous voulez faire ressortir une couleur moyenne.



34 Couleurs complémentaires

Les opposés s’attirent, c’est bien connu, et c’est aussi vrai dans le monde de l’illustration où deux couleurs opposées vont même jusqu’à être appelées “complémentaires” : c’est le cas du jaune et du violet, ou du rouge et du vert. Illustrator permet d’automatiser la création d’une couleur complémentaire : rendez-vous dans le panneau des couleurs et faites défiler ses options jusqu’à la mention Complément. L’option Inverser, contiguë à l’option Complément, est tout simplement la couleur à l’exact opposé du cercle chromatique.


Choisir une couleur complémentaire revient à créer un contraste fort pour améliorer la lisibilité sans avoir à choisir l’exacte couleur opposée sur le cercle chromatique.



35 Nuance globale

Lorsqu’une nuance est utilisée dans plusieurs objets d’un même document, il peut être frustrant d’avoir à la modifier car vous devrez reprendre un par un tous les objets concernés. Heureusement, vous pouvez unifier toutes ces déclinaisons sous une même occurrence. Pour cela, double-cliquez sur la nuance souhaitée dans le panneau Nuancier et cochez l’option Globale : une nuance globale modifiée le sera dans tous les objets auxquels elle a été attribuée.


Utilisez une nuance globale lorsque vous devez utiliser une même couleur plusieurs fois : vous n’aurez à la modifier qu’une seule fois pour que tous les objets remplis avec cette nuance soient affectés en même temps.



36 Le choix du bon mode

Il faut distinguer le mode colorimétrique du document et le mode de choix des couleurs. Le premier est accessible depuis Fichier> Mode colorimétrique du document. Il applique à votre document un mode qui le suivra jusqu’à sa publication et agira sur l’étendue des couleurs : le gamut d’un profil RVB étant plus grand que celui d’un profil CMJN, attention aux pertes lors de la conversion ! Le second est une option de confort qui vous permet de sélectionner une couleur à partir du mode auquel vous êtes le plus habitué. Vous pouvez changer ce mode soit depuis les options du panneau Couleurs, soit en maintenant Maj enfoncée et en cliquant sur la barre des couleurs pour passer rapidement de l’un à l’autre.



37 Changer localement le mode colorimétrique

Dans Illustrator, non seulement il est possible de modifier le mode colorimétrique de tout le document, mais il est également possible de modifier les composantes couleur d’une image objet par objet. Sélectionnez un élément ou groupe auquel vous souhaitez appliquer un autre mode, rendez-vous dans Édition> Modifier les couleurs et choisissez-y votre mode. Cette option est très intéressante lorsque vous devez décliner une image colorée en niveaux de gris.


Convertissez une sélection d’objets dans le mode souhaité.



38 Réinitialiser plutôt que recommencer

La plupart des options d’outils proposent une touche Réinitialiser qui permet, lorsque les réglages ne correspondent pas à vos besoins, de revenir aux réglages par défaut. Cette touche n’est pas disponible dans toutes les fenêtres : c’est notamment le cas lorsque vous voulez transformer une forme vectorielle en objet 3D. Lorsque vous souhaitez rétablir les options de cette fenêtre aux options par défaut, maintenez la touche Alt/Opt enfoncée pour faire apparaître temporairement la touche Réinitialiser à la place du bouton Annuler.


Maintenir Alt transforme le bouton Annuler de certaines fenêtres en Réinitialiser.



39 Des scripts évolués

À l’instar de Photoshop, Illustrator peut faire appel aux scripts. Mais à la différence du logiciel bitmap, ils ne se limitent pas à de simples suites d’actions et peuvent être des fonctions à part entière, incluant parfois l’interaction avec d’autres logiciels, comme des tableurs ou des traitements de texte. Cela vient de la capacité d’Illustrator à supporter des langages de programmation tels qu’AppleScript, Visual Basic, JavaScript ou encore Extendedscript. Cette modularité a permis la création de scripts tels que Scriptographer, sous licence open source. Une fois installés dans le répertoire Scripts du dossier Paramètres prédéfinis, ils sont accessibles depuis le menu Fichier> Scripts.


Scriptographer est l’exemple même d’un script très abouti destiné à Illustrator. En licence open source, il est non seulement utilisable mais redistribuable et modifiable en langage C/C++.



40 Choisir l’unité

Dans Illustrator, vous pouvez personnaliser les unités de mesure depuis Illustrator (Édition sous Windows)> Préférences> Unités et performances d’affichage. Mais il peut arriver que vous souhaitiez temporairement basculer vers une autre unité de mesure sans modifier les préférences du document ou du logiciel. Faites un clic droit (ou Cmd+clic sur Mac) sur une des règles pour en modifier l’unité.



41 Manipuler facilement le format de document

Pour plus de confort, vous pouvez réduire ou agrandir une zone de travail selon les objets que vous souhaitez inclure ou exclure. Si vous aussi êtes allergique aux mesures et calculs qu’implique une modification de votre zone de travail de départ, simplifiez-vous la vie en vous rendant dans Modifier les plans de travail, qui se trouve en haut à droite de la fenêtre Format de document : vous pourrez alors redimensionner à loisir (et manuellement!) votre zone de travail.


Adaptez à l’œil les dimensions de votre document.



42 Jérôme Bareille

www.izidesign.fr
Afin d’optimiser votre flux de production entre Illustrator et Photoshop, je vous conseille d’ajouter quelques raccourcis clavier qui n’existent pas par défaut dans Illustrator et pourtant tellement pratiques sous Photoshop.
Par exemple, pour changer l’opacité d’un objet, utilisez le pavé numérique avec 1=10%, 2=20%, etc. Idem pour changer les modes de fusion à l’aide de Maj + et Maj -. Tous ces paramètres se trouvent dans Édition> Raccourcis clavier et en bas de la liste Outils. Enregistrez cet ensemble de raccourcis et enrichissez-le au fur et à mesure de vos travaux. Vous gagnerez de précieuses minutes !



43 Olivier Gonthier

www.lapinqbiq.com
Pour réaliser un personnage symétrique, créez sa moitié puis sélectionnez-la à l’aide de l’outil Sélection(V). Faites un copier/coller (Ctrl/Cmd+C, Ctrl/Cmd+F), sélectionnez le point de symétrie à l’aide de l’outil Miroir(O) puis cliquez sur votre moitié en maintenant la touche Maj enfoncée et en la tirant de l’autre côté.



44 Pierre Strapelias

www.pierre-strapelias.com
Photo : Fantastic.pdf ou Ma Police est Fantastic.jpg
Appelons ça : Ma police est “Fantastic” ! Vous voulez dynamiser votre texte en créant un effet brillance et de “glow” ? Écrivez votre texte avec un fond et un contour puis vectorisez-le. Ouvrez ensuite le panneau Aspect (on se demande souvent à quoi peut bien servir cet onglet) et utilisez-le pour ajouter un ou plusieurs contours. Faites varier les contours jusqu’à obtenir l’effet souhaité puis ajoutez un dégradé linéaire au fond. Décomposez le contour extérieur et ajoutez-y un nouveau dégradé légèrement décalé par rapport au premier. Et voilà ! Elle n’est pas “bling-bling” ma police ?



45 Loguy BatonBoys

www.loguy.com

Voici un conseil de méthodologie : pensez à toujours nommer vos calques, et ainsi décomposer votre illustration comme une scène de théâtre, par exemple : Ciel> Nuages> Végétation> Personnage> Tête> Bras, etc. Cela vous permettra de vous y retrouver plus facilement lors de corrections et ainsi de gagner du temps. Vous aurez surtout la possibilité de modifier vos éléments plus aisément, comme grossir une tête sans toucher au corps, changer l’orientation des bras, reprendre les proportions, etc.



46 Tougui

www.tougui.fr
Comme je travaille sur un Mac portable, j’utilise beaucoup les raccourcis clavier. Sous Illustrator, il y en a un que j’utilise énormément, c’est le Ctrl/Cmd+J qui permet, en sélectionnant (avec la flèche blanche, raccourci touche A) deux points d’une forme “ouverte”, de fermer le tracé. Vous n’avez plus besoin de cliquer sur chacun des deux points avec la Plume ! Une sélection globale de la forme, Ctrl/Cmd+J et hop, fermé !



47 Alexandre Bourlet

Il est vrai que tout le monde connaît désormais le fameux Ctrl/Cmd+C et Ctrl/Cmd+V (copier et coller). Sur Illustrator, lorsque vous voulez coller une forme que vous venez de copier, il vous la déplace n’importe où. Une astuce très efficace consiste à copier la forme avec Ctrl/Cmd+C et de la coller avec Ctrl/Cmd+B. Celle-ci sera donc collée exactement en-dessous de votre forme source. À l’inverse, Ctrl/Cmd+F collera cette forme juste au-dessus de sa source.



48 Illustrator Magazine

www.illustratormagazine.com
Lancé en septembre 2009, ce blog recense les meilleurs tutoriels, sites, artistes, ressources, livres, etc. sur Illustrator.



49 Learn AI

http://learnai.com
Learn AI est un blog anglais qui propose de vous apprendre à utiliser Illustrator. Il contient de nombreux tutoriels, mais tout en anglais.



50 AI Vault

http://www.aivault.com
Récemment renommé ArtInspires, ce blog propose des ressources pour Illustrator (en anglais) mais aussi sur les arts graphiques en général.

2 thoughts on “50 astuces pour Illustrator !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.