Voyage au centre de la terre 2

Croyez en l’impossible, découvrez l’incroyable…

Et si on vous proposait de passer quelques jours sur l’île mystérieuse de Jules Verne ? Dans ce deuxième opus, Brad Peyton (Suck, Comme chiens et chats – La revanche de Kitty Galore), nous fait découvrir une île aussi étonnante qu’effrayante.

 

L’histoire

 

Suite au décès de son père, Sean Anderson (Josh Hutcherson), ne cesse de poser des problèmes à sa mère. Après avoir reçu un message mystérieux de la part de son grand-père disparu depuis quelques années, il part à sa recherche avec … son beau-père (Dwayne Johnson) ! Direction pour une île perdue dans le Pacifique Sud accompagnés de Gabato (Luis Guzman) et de sa fille Kailani (Vanessa Hudgens). À peine arrivés, ils se rendent vite compte que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être : les éléphants sont minuscules (trop mignons d’ailleurs) et les araignées/abeilles/lézards sont gigantesques !

 

Au menu de l’aventure : 3D relief et Effets spéciaux

Pour la 3D, tout comme pour le premier opus, l’équipe du film a fait appel au Cameron Pace Group afin de se procurer matériel et techniques nécessaires pour donner relief et profondeur aux paysages réels.

Malgré des effets spéciaux parfois maladroits, la 3D est toutefois impressionnante, le spectateur s’immerge bien dans l’aventure aux côtés des protagonistes grâce à la 3D relief.

 

Pour la petite histoire, la scène de l’après-crash de l’hélicoptère a été tournée sur Eternity Beach à Hawaï et celle du crash en studio, en Caroline du Nord. Le superviseur des effets spéciaux Peter Chesney décrit la scène comme « une sorte de structure Meccano, construite autour d’une armature en acier à haute résistance avec une extension en aluminium ». Chesney n’avait qu’à appuyer sur un bouton pour exercer une pression de 2 700 kg sur la moindre partie de la structure : il a mis au point un procédé à fortes vibrations qui consistait en un airbag, modifié à partir de suspensions pneumatiques et fixé à des accumulateurs hydrodynamiques, ou valves, et qui pouvait relâcher de larges volumes d’air compressé à chaque signal électrique émis. De cette manière, il a pu simuler un ouragan de catégorie 5, capable d’endommager l’hélico jusqu’à le déchiqueter.

Cette île est d’une beauté stupéfiante. Les graphistes ont fait un travail extraordinaire ! Avec ses couleurs et son aspect attrayant, elle nous donne envie de partir y vivre (surtout à cause de sa montagne d’or ;)).

 

Du pur divertissement

 

Conseillé au spectateur désireux de découvrir un univers magique inspiré du livre de Jules Verne.

 

Retrouvez Voyage au Centre de la Terre II dès aujourd’hui au cinéma.

 

« Pour atteindre l’île, nous devons voler jusque dans l’œil du cyclone » Sean Anderson

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *